Gabon : Noël Nelson MESSONE nommé ambassadeur du Gabon aux Etats-Unis   Gabon :78, 84% de gabonais admis aux différents grades CAMES   Gabon : Hamidou OKABA a tiré sa révérence   Gabon: le gouvernement va créer une Université Nationale des Sciences et Techniques de la Santé   Grèce : naufrage d'un bateau de migrants, jusqu'à 50 portés disparus   Supercoupe de l'UEFA : le Real Madrid soulève le trophée face à l'Eintracht Francfort

Home •  Santé

Covid-19 : Nicole Assélé réagit sur les récentes mesures sanitaires

Nicole Assélé réagit sur les récentes mesures sanitaires

Auteur •  Narcisse Mauny Publié le 02 novembre 2021

Délégué générale du CLR, Nicole Assélé reste dubitative sur l'efficacité et l'impact des récentes mesures sanitaires prises par le gouvernement. D'autant plus qu'elles semblent même n'être calibrées que pour l'agglomération du grand Libreville a-t-elle indiqué. Voici pour vous l'integralité de son propos publié sur son compte Facebook.

« J'observe que les récentes décisions du gouvernement visant à freiner la poussée des contaminations au covid-19, pour salutaires qu'elles soient, revêtent tout de même des aspects clivants pour la société gabonaise.

A s'y méprendre, ces mesures créent en effet une sorte de fracture dangereuse entre les citoyens vaccinés et ceux non vaccinés, donnant l'impression que cette dernière catégorie serait constituée de personnes honnies et bannies de la République.

Il m'est particulièrement difficile de comprendre qu'à certains, parce que vaccinés, soient offertes quasiment toutes les libertés, et aux autres, parce que non-vaccinés, ne soit réservé qu'un traitement subtilement coercitif et stigmatisant, les vouant à demeurer cloîtrés.

Médecin de formation et porteuse du leadership du CLR, Parti politique éminemment membre de la Majorité républicaine et sociale pour l'émergence, je précise ici que je ne suis évidemment pas contre la vaccination. Loin s'en faut.

Il s'agit simplement de m'interroger, par exemple en me demandant si le test PCR ne suffit pas pour montrer patte blanche lors des contrôles liés à cette pandémie.

Le gouvernement a l'obligation de protéger les populations. C'est un devoir impérieux et non négociable. Mais le droit de disposer de son corps n'est-il pas aussi absolu et inaliénable ?

M'inspirant de la devise du CLR, à savoir "Vie-Liberté-Bonheur", je me pose également la question suivante : pourquoi exiger au citoyen lambda, déjà économiquement asphyxié depuis deux ans, de débourser 20 ou 50.000 FCFA pour un test PCR, quand on sait que le vaccin est loin d'être une garantie absolue contre le covid-19 ?

Je reste donc dubitative sur l'efficacité et l'impact de ces mesures. D'autant plus qu'elles semblent même n'être calibrées que pour l'agglomération du Grand Libreville.

À Mbigou, Ekata, Akieni, Omboue...etc, où faire son test PCR pour avoir accès aux administrations publiques ?

Toutefois et pour l'essentiel, le Chef de l'Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, dans sa dernière adresse à la nation, bien que n'ayant pas manqué de rappeler que la vaccination n'est pas obligatoire, nous a tous exhorté à franchir le pas.

Comme lui, je recommande vivement à tous les militants du CLR, ainsi qu'à tous noscompatriotes, de se faire vacciner ».

 

Voir aussi

Justine Libimbi épouse Mihindou, a présidé ce mercredi 13 juillet, la cérémonie de signature de

voir +

L’objectif de cette réunion était la restitution des conclusions des travaux d’élaboration de

voir +

Le gouvernement a invité ce jeudi 23 juin à Libreville, les populations à redoubler de vigilance

voir +

Un administrateur provisoire en la personne de Christophe Eyi va assurer l'intérim.

voir +

A l’annonce de la levée des principales mesures prises pour freiner la pandémie du Covid-19, on

voir +

Il s’agissait de s’imprégner de l’état d’avancement de ces chantiers.

voir +

Santé : les Etats-Unis apportent un soutien au Gabon dans la lutte contre la covid-19

voir +