Mieux agir pour préserver la biodiversité


La FAO est une structure spécialisée des nations unies qui traite des questions d’agriculture et d’alimentation, ces missions sont de pouvoir lutter contre la pauvreté et la faim. A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la biodiversité chaque 22 mai qui a eu pour thème : "Nous faisons partie de la solution". Les étudiants du département biotechnique de l’institut des techniques d’Owendo ont pris part à une série d’activités liée à l’importance de la biodiversité à travers l’interaction dans les écosystèmes.

En termes simple, la biodiversité est l’ensemble des êtres vivants qui évoluent dans les différents écosystèmes ou milieux de vie et qui interagissent entre eux.

Trois moments ont constitué ces activités : les urgences climatiques et la lutte contre l’appauvrissement de la biodiversité et la pollution, la production agricole dans le secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et la visite du site aquaculture du jardin d’expérimentation de la FAO à Libreville.

L’activité portant sur la sécurité alimentaire s’est faite de manière pratique par le Dr Ghislain Moussavou, Professionnel Associé / Production et Protection des plantes,  de la FAO afin de traduire l’interaction entre les écosystèmes.

« L’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est un véritable levier de diversification de l’économie nationale au Gabon. Pour manger il faut produire de la nourriture et le pays connait d’énormes carences dans ce domaine. »

 On importe pratiquement tout ce que nous consommons. Avec la crise sanitaire causée par la covid-19 les prix de denrées alimentaires ont explosé sur le marché, les jeunes doivent prendre conscience de l’importance de l’agriculture, un secteur à forte valeur avec plusieurs spécialités. 

« Et pour cela connaitre les interactions entre les écosystèmes permet de mieux agir par exemple dans le domaine de la protection des plantes, en vue de la lutte contre les insectes nuisibles et préserver les insectes utiles. »

Par exemple l’accroissement des rendements agricoles et des traitements phytosanitaires doivent être utilisés avec précaution, le premier risquant d’appauvrir le sol si mal utilisé, le second mal employé risquant d’éliminer les insectes utiles à l’exemple de ceux participant a la pollinisation.

La pollution, les effets climatiques néfastes et la lutte contre l’appauvrissement de la biodiversité sont des notions nécessaires à comprendre. Les effets climatiques auront un grand impact dans les années avenirs et les personnes les plus impactées ce sont les futurs leaders parmi lesquels les jeunes.

« La nécessité de sauver la biodiversité c’est sauver l’espèce humaine. L’homme étant un élément de celle-ci. Malheureusement les activités de l’homme empiètent énormément sur les milieux de vie qui sont pour lui source de nourriture, de médicaments, d’énergies et qui garantie même son bien-être à travers l’épuration de l’air et de l’eau qu’elle procure. » S’est exprimé Rostand Abaga Moto, professionnel associé au programme Gabon au bureau sous régional de la FAO

Il y’a donc lieu de freiner l’exploitation abusive des ressources naturelles en vue de ralentir la destruction de la biodiversité qui risque de mener l’homme à sa disparition.

    Articles récents

    La DGCC exige le retrait du jus de fruits 100% Ceres nuisible à la santé des consommateurs

    Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba prend part à la 5ème édition du Forum international sur les investissements à Riyad.

    5 ans de prison et 5 millions d’amende contre Brice Laccruche Alhianga

    L'Association des professionnels en sciences de l'éducation du Gabon (APSEG) lance le concours  mon innovation pédagogique en 120 secondes

    La mission du Commonwealth poursuit ses consultations pour l'adhésion

    Le ministre Guy Patrick Obiang Ndong lance la vaccination des enfants

    La chanteuse Macy Ilema a sorti récemment un single intitulé « Muwé »

    Le Bureau national de l’ordre des Sages-femmes au Gabon prend forme



    Vidéos récentes

    Le Gabon s'est doté d'un système de traçabilité pour contrôler l'exploitation du bois.

    Visite du représentant général Eramet auprès de la Direction Générale de Gabon Télévisions